Publicité

Appui de taille à la relocalisation des Compagnons de Montréal

Vie de quartier
Le propriétaire du 6365, rue de Saint-Vallier est tombé sous le charme des Compagnons de Montréal et leur a offert un loyer à prix très raisonnable, selon la directrice générale de l'organisme. (photo : Lindsay-Anne Prévost)
Le propriétaire du 6365, rue de Saint-Vallier est tombé sous le charme des Compagnons de Montréal et leur a offert un loyer à prix très raisonnable, selon la directrice générale de l’organisme. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Après avoir logé dix ans dans une partie du presbytère de l’église Saint-Marc sur la rue Beaubien Est, les Compagnons de Montréal déménagent. L’organisme sera relogé en novembre dans ce qui deviendra l’ancien couvent occupé par les petites Franciscaines de Marie, situé au 6341-6365, rue de Saint-Vallier.

« Le bail n’a pas été renouvelé, donc il nous fallait trouver un nouvel espace », explique Chentale de Montigny, directrice générale des Compagnons de Montréal qui offre des services aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle et/ou un trouble envahissant du développement, depuis 1960.

Son choix s’est arrêté sur le 6341-6365, rue de Saint-Vallier, un bâtiment institutionnel considéré comme étant d’intérêt patrimonial. Les nouveaux locaux de l’organisme, qui étaient occupés par Les petites Franciscaines de Marie, vont leur permettre de regrouper tous leurs services sous le même toit.

Les nouveaux locaux étaient occupés par des soeurs, les Petites Franciscaines de Marie. (Photo : Lindsay-Anne Prévost)

Les nouveaux locaux étaient occupés par des soeurs, les Petites Franciscaines de Marie. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

« On cherchait du 33 000 pieds carré, donc il y avait les écoles ou bien les églises, mais c’est des gros coûts d’aménagement, car il y a beaucoup de pertes de chaleur et de rénovations à faire », explique la directrice générale.

Soutien financier

L’organisme a reçu une contribution financière de 16 320 $ de la part de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie. Cette somme permettra de procéder à la mise aux normes du code du bâtiment (toilettes, portes paniques, faire un stationnement, peinture, ajustement de l’ascenseur, etc.).

En septembre 2015, l’arrondissement s’était opposé à l’implantation d’un projet privé dans la résidence des Petites Franciscaines et s’était engagé à refuser tout changement de zonage susceptible de permettre des projets commerciaux ou privés sur ce site.

Le maire de l’arrondissement, François W. Croteau, avait alors insisté sur la nécessité de conserver une vocation institutionnelle ou communautaire dans cette résidence inaugurée en 1931.

« Ce soutien confirme l’engagement de l’arrondissement à préserver ce morceau du patrimoine en le consacrant à des activités communautaires d’intérêt, affirme l’administration de Rosemont-La Petite-Patrie. À cette enseigne, l’arrivée des Compagnons de Montréal correspond parfaitement à cette volonté ».

Élargissement des services

Compagnons de Montréal profitera également de sa relocalisation pour élargir ses services.

« On poursuit avec ce qu’on a présentement, mais on veut bonifier nos outils avec de l’agriculture urbaine, raconte Mme de Montigny. On est en train de voir avec un architecte si ça peut se faire sur la terrasse ou sur le toit. »

La directrice générale envisage également de proposer ses locaux pour la location de salle et de buffet.

« Souvent, les salles coûtent un prix de fou pour les gens qui veulent fêter un baptême ou un 25e anniversaire, donc on aimerait offrir l’espace à un prix communautaire pour les gens du quartier », dit-elle.

De plus, leurs deux boutiques (friperie et jolies vieilleries) — issues d’une formation socioprofessionnelle adaptée aux personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle — vont être fusionnées et se retrouver au cœur de la nouvelle résidence.

D’autres partenariats sont également en train de se faire, mais ne peuvent être dévoilés pour le moment.

Vos commentaires
loading...