Publicité

Deux cambriolages dans la même semaine

Vie de quartier
La voisine de Mme Heap-Lalonde a tenu à avertir son voisinage par l’entremise d’une affiche. (photo : Simon Van Vliet)

Deux résidentes de la rue Saint-Urbain, à la hauteur des rues Saint-Zotique et Beaubien, ont été victimes de cambriolage dans la même semaine. L’une d’elles est presque tombée nez à nez avec le voleur.

« J’étais dans ma chambre située au deuxième étage et je faisais une sieste avec mon bébé, raconte Miriam Heap-Lalonde. J’ai entendu des bruits qui venaient d’en bas, mais je ne suis pas allée voir sur le coup, car je me disais que c’était ma coloc qui était peut-être rentrée plus tôt. »

C’est lorsque des bruits de pas et de claquements de porte se sont fait entendre à nouveau que celle-ci a décidé d’aller jeter un coup d’œil. Elle a alors entendu quelqu’un descendre les escaliers à toute vitesse. À son arrivée à l’étage, son ordinateur n’était plus là.

« J’ai eu peur un peu, je ne savais pas s’il y avait encore quelqu’un dans la maison. Je suis sortie dans la ruelle et il y avait un chantier de construction. J’ai donc demandé à quelqu’un de rester avec moi, car je n’étais pas à l’aise d’attendre toute seule dans la maison », témoigne-t-elle en ajoutant avoir fait une déposition à la police.

Deuxième vol

Au cours des conversations avec son entourage du quartier, elle a appris que sa voisine s’était également fait cambrioler la même semaine alors qu’elle était absente. Cette dernière a notamment placardé une affiche sur un arbre pour mettre le voisinage à l’affût.

« Nous serons vigilants et à l’écoute, et si nous voyons quelqu’un ou quelque chose de suspect, nous passerons à l’action ; SVP, faites [de] même pour nous ! », est-il écrit.

Miriam Heap-Lalonde réside sur une rue où siégeaient d’anciennes usines, et qui n’est donc « pas très passante ». Ce secteur ne serait toutefois pas propice au cambriolage si l’on se fie aux données compilées entre le 1er janvier 2015 et le 31 mars 2016 par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et cartographiées par Radio-Canada.

Entre ces dates, aucune entrée par infraction n’a été recensée à l’intersection des rues où réside Mme Heap-Lalonde.

Le nombre d’entrées par effraction dans La Petite-Patrie : 

Pour le secteur de La Petite-Patrie, le top 3 des rues où l’on retrouve le plus de cas d’entrées par effraction entre janvier 2015 et mars 2016 serait plutôt constitué par la rue Saint-Denis, à l’intersection de la rue Bélanger (27 entrées par effraction), la rue Christophe-Colomb, à l’intersection de la rue Bélanger (22 entrées par effraction), et par la rue Saint-Hubert, à l’intersection de la rue Beaubien (15 entrées par effraction).

Selon les données récoltées par le journal RueMasson auprès du poste de quartier 35, on observe une légère baisse de ce type de criminalité dans le quartier depuis les dernières années.

On comptait 432 entrées par effraction en 2015 tandis qu’on en dénombrait 443 en 2014. Le record s’est établi en 2006 avec 1008 cas.

Statistiques pour l’ensemble de Montréal : 

  • Les entrées par infraction se feraient surtout dans les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.
  • Il y a eu 10 860 entrées par effraction à Montréal, ce qui équivaut à 23 par jour.
  • Plus de la moitié de ces infractions se sont produites le soir ou la nuit
  • Les entrées par effraction sont un problème connu dans le secteur entourant l’Université de Montréal
Vos commentaires
loading...