Publicité

Le NPD demande la création de passages à niveau

Élus, Transport
De gauche à droite : Félix Gravel (Piétons Québec), Nathalie Casemajor (Collectif pour des passages à niveau), Thomas Mulcair (chef du NPD), Richard Ryan (conseiller de ville district Mile-End), Alexandre Boulerice (député fédéral Rosemont—La Petite-Patrie), Hélène Laverdière (députée fédérale Laurier-Sainte-Marie). (photo : Lindsay-Anne Prévost)

La députée néo-démocrate de Laurier—Sainte-Marie, Hélène Laverdière, a déposé un projet de loi pour demander la création de passages à niveau permettant de traverser les voies ferrées.

Parmi celles-ci, on compte celle du Canadien Pacifique situé entre le passage Henri-Julien et le Champ des possibles. C’est notamment à cet endroit que la députée a présenté le projet de loi, qui a été déposé en Chambre des communes le 24 novembre dernier.

Mme Laverdière était accompagnée du député fédéral Alexandre Boulerice (Rosemont—La Petite-Patrie), du conseiller de ville Richard Ryan (district Mile-End), de Thomas Mulcair (chef du Nouveau Parti démocratique [NPD]) ainsi que des citoyens engagés Félix Gravel (Piétons Québec) et Nathalie Casemajor (Collectif pour des passages à niveau). La députée de Gouin, Françoise David, a également fait part de son soutien par l’entremise d’un courriel.

Traversée dangereuse

À leur arrivée sur place, une photographe a voulu s’installer de l’autre côté du chemin de fer pour prendre une photo. Celle-ci s’est toutefois fait interpeller par la sécurité. Une femme et des enfants tentaient également de faire de même. Pour les élus présents, la scène représentait fort bien la nécessité de mettre en place des passages à niveau qui permettront aux piétons et aux cyclistes de traverser la voie ferrée sans mettre leur vie en danger.

« Je pense qu’ici on voit un exemple magnifique de ce que ç’a créé et du risque pour les populations. Il ne faut pas attendre une catastrophe avant de faire quelque chose », a lancé Hélène Laverdière.

Jusqu’à 500 passages non protégés se feraient à Montréal au cours d’une journée, estime-t-elle.

« Les gens qui doivent se rendre au travail ou au métro le matin ne sont pas prêts à faire de grands détours pour contourner les voies ferrées via des tunnels ou des voies surélevées », explique la députée.

Pouvoir restreint

Une quinzaine de citoyens étaient présents au passage Henri-Julien dans La Petite-Patrie pour assister à la présentation du projet de loi. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Des élus locaux sont intervenus à plusieurs reprises auprès des sociétés ferroviaires, mais sans succès. Selon Mme Laverdière, le ministre des Transports, Marc Garneau, a affirmé « ne pouvoir rien faire » et « ne pas détenir les pouvoirs pour forcer le Canadien Pacifique à faire des passages à niveau ».

En effet, le ministre serait autorisé à fermer un passage à niveau, mais ne peut en ordonner la construction. Le projet de loi déposé par la députée néo-démocrate vise donc à autoriser le ministre à exiger la construction d’un franchissement routier pour assurer la sécurité des citoyens et la fluidité du transport.

« Ces pouvoirs-là, avec ce projet de loi, on va les lui donner, a répliqué Mme Laverdière. J’espère qu’il va accepter le cadeau, qui serait un cadeau non seulement pour nous tous ici, mais également pour les gens de sa propre circonscription, pour les gens de la circonscription du Premier ministre et pour des gens à travers le pays ; dans les milieux urbains, mais parfois même dans les campagnes ».

Secteur en développement

Située entre Rosemont-La-Petite-Patrie et le Plateau Mont-Royal, la voie ferrée du Canadien Pacifique est au coeur d’un secteur en développement.

« On a un pôle qui est à 4000 emplois maintenant et qui s’en va vers 6000, 7000 et 8000 emplois. Il y a 300 nouveaux employés qui s’en viennent ; il y a Sunlight et Ubisoft continue à se développer », a témoigné le conseiller du Mile-End, Richard Ryan.

« Ce sont aussi les entreprises qui sont dans le secteur qui demandent, pour leurs employés, des passages sécuritaires », a lancé de son côté le député fédéral de Rosemont-La-Petite-Patrie, Alexandre Boulerice.

Une pétition a été lancée en ligne par M. Boulerice pour réclamer trois traverses dans l’arrondissement, soit sur les rues Cartier et Dandurand, sur l’avenue Henri-Julien et la rue des Carrières ainsi que sur les rues St-Dominique et Bernard.

Selon un article publié dans le journal La Presse, la députée de Laurier-Sainte-Marie estime qu’il y aurait entre six et neuf endroits à Montréal où la construction de passages à niveau s’imposent.

Vos commentaires
loading...