Publicité

Le Viaduc 375 sera à Montréal ce que la High Line est à New York

Vie de quartier
Le Viaduc 375 propose également aux citoyens d’observer les bâtiments emblématiques du quartier. (photo : Gracieuseté de Caroline Magar)

Piétonnisation, grandes performances et visites guidées animeront le viaduc qui relie le boulevard Rosemont et l’avenue Van Horne pour les célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Le projet Viaduc 375 reliera les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Rosemont-la-Petite-Patrie sous trois volets : un premier voué à la piétonnisation du viaduc, un deuxième artisanal et un troisième historique.

« On va utiliser le viaduc comme un belvédère pour découvrir le quartier, avec des perspectives nouvelles pour les piétons ; […] pour voir tous les bâtiments emblématiques, à la fois du Mile-End et de la Petite-Italie », a lancé vendredi soir dernier l’administratrice de la société d’histoire Mémoire du Mile-End, Alice Miquet, dans le cadre du dévoilement du projet.

L’événement est prévu du 2 au 9 octobre 2017. Les organismes porteurs — Les Amis du Champ des Possibles, Mémoire du Mile-End et la Société de développement environnemental de Rosemont (SODER) — espèrent toutefois arriver à prolonger l’événement.

Espace culturel

Le Viaduc 375 accueillera plusieurs animations culturelles. (photo : Gracieuseté de Caroline Magar)

Du moins, le viaduc de 675 mètres, qui relie le boulevard Rosemont et l’avenue Van Horne, délaissera pendant au moins quelques jours son allure grisâtre pour devenir un îlot de fraîcheur ; autant au sens figuré qu’au sens propre. Au menu : passage piétonnier doté de végétaux offerts par l’entreprise Les Toits Vertige et animations culturelles offertes en collaboration avec le festival de musique POP Montréal.

En collaboration avec le festival MAPP_MTL, des performances de vidéo mapping se tiendront également sur trois lieux légués par le patrimoine ferroviaire du secteur, soit l’entrepôt Van Horne, le bâtiment industriel Capitol (situé entre le viaduc Van Horne et la voie ferrée) et l’ancienne cour ferroviaire Saint-Louis, devenue le Champ des Possibles.

Les artisans qui logent dans l’édifice du Capitole ouvriront leur atelier aux citoyens tandis que l’organisme Mémoire du Mile-End proposera des visites guidées pour faire valoir le patrimoine industriel et culturel du quartier.

Concertation

Une concertation menée avec le comité des citoyens du Mile-End débutera notamment à l’hiver 2017 pour réfléchir aux axes de réflexions pour les créateurs. C’est l’Association des designers urbains du Québec (ADUQ) qui sera chargée de la scénarisation de l’aménagement sur le terrain, déjà pensée en fonction de l’éphémérité de l’événement.

« Étant donné qu’il y aura une fin à l’événement, on souhaite que les éléments préfabriqués soient éventuellement réutilisés par les comités des ruelles vertes ou par d’autres organisations potentiellement intéressées », a affirmé la coordonnatrice au développement des Amis du Champ des possibles, Caroline Magar.

Dans cet ordre d’idées, les organismes travailleront avec le festival d’architecture expérimental Bellastock pour préfabriquer certains mobiliers qui vont être installés sur le viaduc.

Vent de fraîcheur

Lors du dévoilement du projet, plusieurs élus politiques ont fait valoir leur intention d’utiliser l’événement pour réfléchir à plus long terme sur l’avenir de ce secteur en développement ainsi qu’à l’avenir du viaduc Van Horne, considéré très souvent comme une erreur en étant une autoroute en plein milieu de la ville.

Le Conseiller de ville du district Étienne-Desmarteau, Marc-André Gadoury, a notamment fait part de son intention à utiliser le Viaduc 375 comme « un test événementiel » pour évaluer les possibilités de faire un lien cyclable entre l’Avenue Van Horne et le boulevard Rosemont.

Mais pour le conseiller de ville du district Mile-End, Richard Ryan, il faudrait avant tout faire une lecture des automobiles qui passent sur le viaduc.

« Il y a des lectures à faire de la circulation […], mais ça ne se fait pas sur quatre jours. Ça se fait sur deux semaines, trois semaines, un mois. Il faudrait supporter ces groupes-là davantage pour voir la faisabilité et pour voir, du moins, comment on arrive sérieusement à cogiter ce projet à plus long terme » a lancé le conseiller, en précisant que ce serait une « occasion ratée de ne pas aller plus loin là-dedans ».

Viaduc 375 a été sélectionné par la Ville de Montréal, le gouvernement du Québec et l’arrondissement du Plateau Mont-Royal parmi 36 propositions. Le budget nécessaire est évalué à 100 000 $.

À lire également : La Petite-Patrie accueille le premier festival de mapping

 

Vos commentaires
loading...