Publicité

2017 : le quartier sous de grands projets

Vie de quartier
lL Catalyseur d'imaginaires urbains a été idéalisé par Nelly Chriswell Manana (M.Architecture de paysage), Andrée-Anne Caron-Boisvert (M.Architecture), Cloë Cousineau (M.Architecture de paysage), Florence Goulet-Pelletier (B.Design d’intérieur) et Simone Dalla Rosa (M.Architecture). (photo : gracieuseté)
Le Catalyseur d’imaginaires urbains acceuillera plusieurs expositions et animations dès le printemps 2017 en attendant la construction du campus Outremont de l’Université de Montréal (photo : Gracieuseté)

Au cours de la dernière année, l’arrondissement ainsi que plusieurs entreprises ont annoncé de grands projets pour 2017. pamplemousse.space.monolith.agency s’est penché sur les sujets à surveiller en cette nouvelle année.

Le quartier de La Petite-Patrie est en pleine effervescence. Les initiatives citoyennes (ruelles vertes, croque-livres, jardins communautaires) ne cessent de se multiplier et de plus en plus de commerces de proximité (restaurants, bars et boulangeries) prennent naissance. C’est sans compter les annonces culturelles et communautaires qui se font valoir, à l’aube de grandes festivités pour le 375e anniversaire de Montréal.

2017 s’annonce comme une grande année pour le quartier. Voici un recensement des grands et plus petits projets à surveiller.

375e de Montréal

pamplemousse.space.monolith.agency a annoncé la naissance de plusieurs projets pour le 375e anniversaire de Montréal.

L’Artothèque présentera l’exposition d’art optique « L’instabilité du réel », qui se déroulera du 15 février au 25 mars 2017 sous la thématique du 375e : « créer des ponts ». Les citoyens ont notamment été invités à soumettre leur candidature pour être exposés aux côtés de grands maîtres, tels que Victor Vasarely, Guido Molinari et Claude Tousignant.

L’entreprise BIXI, qui possède son siège social sur la rue De Gaspé dans La Petite-Patrie, a fait de même en invitant les citoyens à créer 375 vélos à l’image de Montréal pour les grandes célébrations.

De son côté, le viaduc qui relie le boulevard Rosemont et l’avenue Van Horne prendra le nom de Viaduc 375 du 2 au 9 octobre 2017 en étant animé par de grandes performances, des visites guidées et l’installation d’espaces verts.

Depuis le 21 décembre dernier, la galerie Artgang, située sur la Plaza Saint-Hubert, coproduit et diffuse des œuvres d’art dans l’arrondissement. Un second déploiement est prévu au printemps 2017, pour un total de 375 œuvres.

Puisque les célébrations du 375e anniversaire de Montréal se tiendront toute l’année, il serait fort étonnant que les festivités s’arrêtent ici…

Apaisement de la circulation

Les citoyens sont nombreux à se présenter aux conseils d’arrondissement pour demander des mesures d’apaisement de la circulation.

Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, a répondu à l’appel lors de l’annonce du budget de 2017. L’arrondissement prévoit investir un montant de 8,5 millions de dollars, réparti sur les trois ans de l’exercice, à raison de 2,8 millions de dollars par année pour l’apaisement de la circulation.

« Nous entendons maintenir le cap dans l’implantation de mesures d’apaisement qui ont fait leurs preuves et qui rendent l’espace public encore plus convivial pour tous les utilisateurs, dont les piétons et les cyclistes », avait déclaré le maire dans un communiqué.

Les automobilistes peuvent toutefois être menés à faire des détours et à emprunter d’autres artères afin de maintenir une circulation plus rapide ; ce qui peut rendre le problème éternel et mener l’arrondissement à encore devoir résoudre la problématique en 2017.

Aménagements publics

L’Arrondissement a prévu un montant de 8,84 millions de dollars par année à son Programme triennal d’immobilisations, soit à ses prévisions des projets d’investissement dans le milieu de vie qui sont planifiés aux trois ans et révisés chaque année. Ceux-ci totaliseront des investissements de 26,5 millions de dollars d’ici 2019.

Dans La Petite-Patrie, une partie du réaménagement du terrain de microsoccer est prévu pour 2017 au parc De Gaspé. Un montant ira également à la reconstruction de l’aire de planche à roulettes du parc Père-Marquette.

Sur les réseaux sociaux ou lors des réunions du conseil, de multiples résidents ont félicité l’arrondissement pour la transformation du bois de plus de 200 frênes du quartier en 112 pièces de mobilier urbain. Avec de si nombreux mérites, il reste à voir si l’arrondissement poursuivra son initiative et si cette dernière se fera avec une plus grande envergure.

Également, 15 nouvelles ruelles vertes ont embelli le quartier à l’été 2016. Cette initiative, qui se transmet de citoyen en citoyen depuis 2011, classe désormais Rosemont-La Petite-Patrie au premier rang des arrondissements qui possèdent le plus de ruelles vertes. L’été 2017 nous dira si l’arrondissement conservera son titre.

La Place Shamrock

De multiples projets ont vu le jour depuis la naissance de la Place Shamrock, le 5 juillet 2014. Du mobilier de frêne recyclé a été installé et le carrousel s’est illuminé l’hiver. C’est sans compter la présence de la ferme éducative aquaponique ÉAU, qui a grandement contribué à animer l’endroit.

En automne 2016, l’arrondissement a mené une consultation publique auprès des riverains, des commerçants, des organismes partenaires et des différents usagers de la place Shamrock afin de connaître leurs besoins et d’identifier leurs attentes. Les résultats de celle-ci permettront de décider des aménagements permanents à mettre en place pour 2018.

Selon le Programme triennal d’immobilisations de l’arrondissement, il est prévu de dépenser 600 000 dollars pour l’aménagement de la Place Shamrock.

Bien que cet espace citoyen soit encore bien jeune, il reste encore beaucoup à faire avec lui et il est certain que l’avenir lui réserve bien des surprises.

Le campus Outremont de l’Université de Montréal

Le nouveau campus de l’Université de Montréal, construit sur le site de l’ancienne gare de triage Outremont, sera connu sous le nom « MIL ».

« MIL signifie d’abord “Milieu”, en référence à son emplacement géographique, en plein centre de l’île de Montréal et à la jonction de quatre quartiers bien distincts et une ville (Outremont, Plateau Mont-Royal, La Petite-Patrie, Parc-Extension et Ville Mont-Royal). Il veut dire aussi “Montréal, Innovation et Laboratoires”, puisque le site abritera un pôle d’excellence scientifique d’une diversité exceptionnelle », est-il expliqué sur le site web du futur campus.

En plus d’accueillir de multiples universitaires, le campus sera animé par 1300 logements résidentiels, des commerces et des espaces publics.

Un laboratoire nommé le Catalyseur d’imaginaires urbains sera notamment établi à l’angle des rues Atlantic et Durocher pour les cinq prochaines années, d’ici à ce que la construction du MIL soit finalisée en 2019. Formé de huit conteneurs montés les uns sur les autres, le Catalyseur d’imaginaires urbains accueillera au printemps, à l’été et à l’automne diverses expositions culturelles ainsi que des conférences et des activités données par des chercheurs universitaires, des architectes, des artistes, des designers, des citoyens et des organismes communautaires.

Le nouveau lieu de rassemblement permettra d’ouvrir le site du campus Outremont à une plus grande communauté et de décloisonner celui-ci de son milieu urbain, avait révélé le porte-parole de l’organisme MTL Ville en Mouvement, Olivier Lapierre, à pamplemousse.space.monolith.agency.

Vos commentaires
loading...