Publicité

Changements dans le service STM de Rosemont-La Petite-Patrie

Transport
Les lignes d'autobus 18, 10, 55, 197, 95 et 45 subiront une compression de service tandis que les lignes 30, 93 et 94 subiront une augmentation de passages. (photo : Lindsay-Anne Prévost)
Les lignes d’autobus 18, 10, 55, 197, 95 et 45 subiront une compression de service tandis que les lignes 30, 93 et 94 subiront une augmentation de passages. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Six lignes d’autobus qui desservent La Petite-Patrie subiront une compression de service tandis que trois verront une augmentation de leur nombre de passages.

Les lignes touchées par les compressions sont les suivantes : 18 Beaubien, 10 De Lorimier, 55 Saint-Laurent, 197 Rosemont, 95 Bélanger et 45 Papineau. La 30 Saint-Hubert, la 93 Jean-Talon et la 94 d’Iberville subiront quant à elles une augmentation de service.

« S’il y a une baisse d’achalandage sur une ligne, ça veut probablement dire qu’on va ajouter des passages sur une autre ligne puisque notre clientèle s’est déplacée sur un autre circuit », explique Amélie Régis, porte-parole à la Société de transport de Montréal (STM).

« Il ne faut pas regarder ligne par ligne. L’offre du service d’autobus se prend dans sa globalité parce qu’elle est modulée selon le comportement de déplacement de notre clientèle », ajoute la porte-parole.

Achalandage variable

Celle-ci explique à titre d’exemple qu’un autobus qui passe devant une école subira une augmentation de passages durant l’année scolaire, mais subira une diminution de son service l’été puisqu’il n’y a pas d’étudiants.

« On remarque un changement de comportement de la part de notre clientèle à certaines périodes de l’année. On a des compteurs de passagers dans nos autobus, qui nous permettent de savoir combien de personnes embarquent dans les différentes périodes de la journée et de l’année », fait part Amélie Régis.

Avec ces analyses, la STM en vient ainsi à planifier ses horaires quatre fois par année, soit en janvier, en mars, en juin et en septembre. Advenant des problématiques particulières ou un achalandage imprévu sur un circuit, la STM possède une flotte de 30 autobus « de renfort ».

Opposition

Selon le maire de l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, François William Croteau, les nouvelles compressions dans le service aux usagers de la STM sont « inacceptables dans le contexte où il y a une augmentation de la mobilité et une augmentation de la congestion automobile ».

« Plus on coupe des lignes, moins il va y avoir de monde dans les autobus et il va y avoir inévitablement une baisse de l’achalandage ; l’équation est claire. La STM confirme la vision du maire de Montréal : c’est-à-dire moins de transport collectif et plus de voitures sur nos routes. C’est inacceptable et la réponse de la STM l’est d’autant plus », rétorque-t-il.

La STM a annoncé ajouter 100 000 heures à son service pour l’année 2017. De ce nombre, 50 000 seront allouées autour des grands chantiers de Montréal. La répartition des heures restantes sera précisée en cours d’année.

« On a déjà fait le calcul concernant l’augmentation totale de 100 000 heures et, malgré ça, il y a une baisse de 4,8 % du service de transport en commun. L’augmentation qu’ils vont faire cette année sur l’île de Montréal ne vient même pas combler toutes les coupures que Denis Coderre a faites depuis son arrivée », s’indigne le maire de Rosemont-La Petite-Patrie.

Dans Rosemont, les lignes qui subiront des compressions sont : 139 Pie-IX, 27 Saint-Joseph, 97 Mont-Royal, 67 Saint-Michel, 47 Masson, 467 Express Saint-Michel et 131 L’Assomption.

À l’inverse, les circuits du 161 Van Horne et du 427 Express Saint-Joseph auront une augmentation de leur nombre de passages.

Vos commentaires
loading...