Publicité

Daphné-Anne Takpanie : l’ambassadrice de Rosemont-La Petite-Patrie

Élus
ambassadrice Rosemont-La Petite-Patrie
Daphné-Anne Takpanie consultera les jeunes du quartier tout au long des festivités du 375e de Montréal pour savoir ce qu’ils attendent de la métropole. (photo : Gracieuseté)

L’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie n’aurait pas pu rêver d’une ambassadrice plus impliquée que Daphné-Anne Takpanie pour le 375e anniversaire de Montréal.

Du haut de ses 23 ans, Daphné-Anne Takpanie ne chôme pas. À l’été 2015, elle s’est impliquée au Sénégal en environnement en instaurant un projet d’instruments de musique à partir de produits récupérés et en participant à la rénovation d’une école. À l’été 2016, elle a marché plus de 830 kilomètres en Gaspésie contre le projet de loi 106 qui a trait aux transports et à l’exploitation des hydrocarbures. Un pèlerinage de 42 jours, qui l’a mené à devenir l’une des administratrices de la marche des Peuples pour la Terre Mère.

« Dès que j’ai une occasion de m’impliquer sur le terrain, je le fais. J’ai l’impression que c’est un peu pour ça que j’ai été sélectionnée comme ambassadrice », raconte Daphné-Anne Takpanie, qui a également pris part à une marche en Outaouais organisé par le mouvement STOP oléoduc. Elle était l’une des seules autochtones à y participer.

Née à Iqualuit au Nunavut et adoptée par une Québécoise, Daphné-Anne Takpanie s’implique auprès de sa communauté d’origine depuis son jeune âge. Elle participe à l’association Tassiutigit, qui réunit des jeunes Inuits adoptés afin de les rapprocher de leurs racines. Elle fait aussi partie de Inujunga, un programme qui vise à développer les jeunes talents et les aspirations des jeunes Inuits de Montréal. C’est sans compter son bénévolat pour la Fondation de la langue française.

C’est notamment sa patronne de la fondation qui lui a envoyé le formulaire pour devenir l’ambassadrice jeunesse de Rosemont-La Petite-Patrie dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal. Avec un tel parcours, il n’est pas étonnant que son profil n’ait pas passé inaperçu à travers les 200 candidatures reçues.

Consultations

Au total, 19 jeunes âgés entre 12 et 30 ans ont été sélectionnés pour devenir ambassadeur/ambassadrice jeunesse de Montréal. À travers des ateliers, leur mandat est de consulter les jeunes de leur quartier tout au long des festivités du 375e de Montréal pour savoir ce qu’ils attendent de la métropole.

« Je dois aller faire des consultations auprès des jeunes dans Rosemont-La Petite-Patrie pour savoir c’est quoi leur rêve pour Montréal dans les années futures et pour créer un pont pour le 400e de la métropole, explique Daphné-Anne Takpanie, qui habite le quartier. Quand j’aurai recueilli le rêve de tous les jeunes, mon mandat sera de faire des ateliers avec eux lors du Sommet jeunesse du 375e de Montréal. »

La jeune femme ira également en mission exploratoire au Maroc afin d’aller à la rencontre d’individus et d’organisations inspirants et de prendre connaissance de pratiques qui pourraient être implantées à Montréal.

Ambassadrice engagée

L’organisation demande aux ambassadeurs de faire au moins deux consultations auprès des jeunes de leur quartier. Toutefois, avec la fougue qui l’habite, Daphné-Anne Takpanie ne compte pas s’en tenir au minimum demandé.

« Je trouve que deux consultations n’est pas assez pour avoir une vision globale des jeunes de Rosemont-La Petite-Patrie. Je ne veux pas viser juste un groupe de personnes. J’aimerais ça aller voir des personnes handicapées, par exemple. J’ai vraiment une grande image de ce que je veux faire », explique l’ambassadrice, qui est animée d’une vive passion pour tout ce qui touche à l’environnement.

Tandis que l’organisation de la Ville de Montréal évalue l’implication demandée à environ cinq heures par semaine, Daphné-Anne Takpanie est loin d’être le genre de jeune femme à compter ses heures ; même si elle travaille en plus à faire ses pré-requis universitaires pour entrer au programme de criminologie.

« Je suis prête à mettre le temps qu’il faut. C’est une expérience d’une vie et je suis là à 100 % pour m’impliquer », dit-elle.

Les jeunes de Rosemont-La Petite-Patrie sont invités à lui partager leurs commentaires/opinions concernant leurs rêves pour Montréal à l’adresse courriel suivante : takpanied@gmail.com

Vos commentaires
loading...