Publicité

La Petite-Patrie dans l’oeil d’une illustratrice

Culture, Vie de quartier
L’incinérateur des Carrières, visible depuis le Mont-Royal, rappelle à Camille Lavoie son chez-soi : La Petite-Patrie. (photo : Gracieuseté — Camille Lavoie)

Ce n’était qu’une question de temps et d’encouragements avant que le quartier tombe dans la mire de Camille Lavoie, une artiste de profession et résidente de La Petite-Patrie depuis 25 ans.

Le « château » de la rue de Saint-Vallier est devenu le logo Facebook de la page Les amis de la rue de Saint-Vallier. (photo : Gracieuseté — Camille Lavoie)

Le « château » de la rue de Saint-Vallier est devenu le logo Facebook de la page Les amis de la rue de Saint-Vallier. (photo : Gracieuseté — Camille Lavoie)

C’est sous les encouragements de l’un des administrateurs de la populaire page Facebook Les amis de la rue de Saint-Vallier, Matthieu Mortézaï, que l’artiste Camille Lavoie s’est lancée dans l’illustration d’un premier emblème du quartier : Le « château » de Saint-Vallier, situé au coin de la rue Beaubien.

« Mathieu avait utilisé une photo du château de Saint-Vallier pour la page Facebook et il m’avait dit que ce serait le fun d’avoir un logo ou une illustration. […] Sans trop lui en parler, j’ai fait cette première illustration et je lui ai envoyé. Il l’a publié et les gens ont vraiment aimé ça », explique l’illustratrice.

Les réactions positives à l’égard de son illustration se sont fait valoir au point tel que plusieurs résidents ont démontré leur intérêt à acheter l’œuvre en question. Matthieu Mortézaï l’a alors invité à poursuivre le projet en illustrant les bâtiments du quartier. « Il est quasiment devenu mon agent, il m’a vraiment encouragé », raconte Camille Lavoie en riant.

C’est ainsi que ses illustrations représentant le dépanneur vintage situé au coin des rues de Saint-Vallier et Saint-Zotique, l’incinérateur des Carrières vu du côté est et le Saint-Lawrence Warehouse situé au coin du boulevard Saint-Laurent et de l’avenue Van Horne, sont nées. Ces dernières ont été vendues au Café les Oubliettes en éditions limitées au coût de 25 $.

Un quartier qui inspire

Dépanneur vintage

Le dépanneur vintage situé au coin des rues de Saint-Vallier et Saint-Zotique (photo : Gracieuseté — Camille Lavoie)

En plus de recevoir un accueil chaleureux de la part des citoyens de La Petite-Patrie, le projet a permis à Camille Lavoie de sortir de sa zone de confort, puisque celle-ci n’a pourtant pas l’habitude d’illustrer des bâtiments.

« Je fais plus de l’organique et des personnages. Je trouve que c’est difficile de faire des bâtiments sans tomber dans quelque chose d’hyper académique et un peu trop froid, mais j’ai trouvé une façon assez chouette de rendre ça beau », confie-t-elle.

Amatrice des petites histoires du quartier et de lieux de rendez-vous populaires, elle ne peut toutefois pas ignorer certains bâtiments comme l’incinérateur des Carrières.

«  Quand je travaille, je vois les tours et, ça, c’est chez nous. Je les vois du Mont-Royal aussi et c’est notre village », témoigne Camille Lavoie en pointant son illustration.

Conserver la magie

L’artiste patauge dans 1001 métiers touchant les arts : créations de bandes dessinées, de contes, d’illustrations et de design. C’est sans compter les cours de dessins qu’elle donne de temps à autre. À son regret, le temps lui manque parfois pour répondre à l’enthousiasme des résidents du quartier.

N’empêche, quelques idées reliées à La Petite-Patrie lui mijotent dans la tête. Camille Lavoie préfère toutefois rester secrète à l’égard de ses prochains projets « afin de conserver la magie de ses œuvres », dit-elle.

Peu importe les œuvres créées, celles-ci illustreront toujours l’essence du quartier : son histoire, son patrimoine et le quotidien de ceux et celles qui y habitent.

st-lawrence-warehousing-company

Le Saint-Lawrence Warehouse situé au coin du boulevard Saint-Laurent et de l’avenue Van Horne (photo : Gracieuseté — Camille Lavoie)

Vos commentaires
loading...