Publicité

La route du lait pour encourager l’allaitement

Santé
« La route du lait » permettra aux femmes de répertorier plus facilement les commerces qui sont ouverts à l'allaitement. (photo : Image libre de droits — Pexels.com)
« La route du lait » permettra aux femmes de répertorier plus facilement les commerces qui sont ouverts à l’allaitement. (photo : Image libre de droits — Pexels.com)

Nourri-Souce Montréal lance une toute nouvelle « route du lait » dans la Petite-Patrie afin de créer des conditions favorables à l’allaitement dans l’espace public.

Une centaine de commerces et d’édifices publics de La Petite-Patrie et de Villeray permettront aux mères de s’installer pour allaiter, et ce, sans obligation d’achat. La route du lait de La Petite-Patrie est la 7e route lancée par Nourri-Source Montréal depuis 2013.

« Encore aujourd’hui, l’allaitement dans les lieux publics est mal perçu. Beaucoup de femmes se confient à nous en disant qu’elles sont victimes de préjugés, qu’elles se font dévisagées, qu’elles se font refuser l’entrée dans certains magasins et que certains hommes leur jettent des regards déplacés lorsqu’elles allaitent », raconte la directrice générale de Nourri-Source Montréal, Mathilde Gouin.

Le réseau, qui compte à ce jour près de 250 établissements participants à travers la métropole, vise ainsi à encourager et à protéger l’allaitement dans l’espace public par la création d’environnements favorables.

Fonctionnement

Les commerces participants apposeront un logo identificateur dans leur vitrine afin d’aider les mères à repérer facilement les lieux où elles peuvent allaiter en toute intimité. Ceux-ci seront également géolocalisés sur carte interactive publiée sur le site web de La Route du lait et sur une application mobile.

« On demande aux commerçants de pouvoir offrir aux femmes un lieu propre, où la qualité de l’air est bonne, où il n’y a pas de produits toxiques et où elle peut avoir accès facilement à de l’eau car elles ont besoin de beaucoup s’hydrater. On leur demande d’aménager, dans la mesure du possible, un lieu où les femmes vont pouvoir s’asseoir et être tranquille ; qu’elles ne soient pas prises en plein milieu du commerce ou devant une fenêtre où il n’y a pas de rideaux », explique Mathilde Gouin.

Si désiré, Nourri-Source Montréal peut travailler avec les commerçants pour voir ce qui peut être fait au niveau de l’aménagement afin de convenir autant que possible aux femmes et leur poupon.

Réception espérée

Le projet avait été déjà lancé en 2009 par Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CSSS) du Coeur-de l’île de Montréal. Bien que le CSSS avait réussi à recueillir la participation d’une soixantaine de commerces, l’initiative est toutefois tombée dans l’oubli par faute de promotion et de suivi auprès des commerçants.

« On va relancer ces soixante commerces-là pour voir s’ils veulent être encore membres actifs. On va ensuite approcher une quarantaine de commerces dans La Petite-Patrie et Villeray considérant que ces quartiers se sont extrêmement dynamisés dans les dernières années », fait part Mathilde Gouin, en précisant avoir entamé les démarches.

Bien que Nourri-Source Montréal a eu de la difficulté à obtenir la participation de 12 commerces dans le secteur est de Rosemont, la directrice s’attend à ce que les commerces de La Petite-Patrie et de Villeray soient plus réceptifs. L’organisme espère arriver à recueillir la participation d’une centaine de commerçants.

Le projet a été créé en collaboration avec Avenir d’enfant et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’île de Montréal.

 

 

Vos commentaires
loading...