Publicité

Oui à la participation citoyenne, mais…

Élus
participation citoyenne
La motion pour la tenue d’une consultation publique menant à l’adoption d’un budget participatif pour l’aménagement du parc Père-Marquette a suscité la mésentente entre certains élus. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Le premier conseil d’arrondissement de 2017 a donné lieu à une mésentente entre certains élus sur la manière d’intégrer les citoyens à l’aménagement du parc Père-Marquette cette année.

C’est la motion pour la tenue d’une consultation publique menant à l’adoption d’un budget participatif pour l’aménagement du parc Père-Marquette qui a été le point phare du conseil d’arrondissement du 16 janvier 2017. Celle-ci était proposée par le conseiller du district Étienne-Desmarteau, Marc-André Gadoury et appuyée par la conseillère du district du Vieux-Rosemont, Érika Duchesne, dans l’objectif d’augmenter la participation citoyenne.

« En plus d’avoir le pouls de la population, c’est un apprentissage de prises de décisions assez intéressant pour les citoyens puisqu’ils sont confrontés avec des contraintes qui sont à la fois financières et [techniques] », a argumenté Érika Duchesne, lors du conseil d’arrondissement du 16 janvier 2017.

Le budget participatif vise à offrir aux citoyens de l’arrondissement un montant défini vis-à-vis d’un projet. Ceux-ci doivent ensuite se consulter individuellement et collectivement pour élaborer les priorités des élus concernant ledit projet. Mme Duchesne a cité en exemple la ville de Saint-Basile-le-Grand, où des jeunes ont mis en place des projets souhaités tout en discutant collectivement et en faisant face à diverses contraintes financières.

Opposition temporaire

Le conseiller du district de Saint-Édouard, François Limoges, a pris la parole en soulignant que l’arrondissement est déjà en processus d’appels d’offres pour les jeux d’eau du parc Père-Marquette. Selon lui, M. Gadoury et Mme Duchesne s’y sont pris trop tardivement. Ceux-ci tentaient toutefois de déposer la motion depuis trois conseils.

« On ne peut pas être contre l’essence de cette motion. […] Ceci dit, on trouvait la formulation légèrement maladroite étant donné que, pour les budgets actuels, on est déjà au stade des appels d’offres », a répondu M. Limoges.

Celui-ci a offert qu’une consultation citoyenne soit proposée pour les futurs projets de l’aménagement du parc Père-Marquette, en 2018-2020. Les élus de l’Équipe Coderre ont jugé l’amendement recevable, en précisant cependant qu’il fallait s’y prendre dans les prochains mois.

Rétroaction

L’autorisation du lancement d’un appel d’offres pour l’acquisition et la mise en place d’équipements pour les jeux d’eau au parc Père-Marquette ainsi que pour la transformation de la pataugeoire en aire de jeux d’eau a été adoptée dans les minutes qui ont suivi.

Marc-André Gadoury a tenté d’amender la grille d’analyse actuelle pour l’appel d’offres afin d’ajouter « implication des citoyens » au volet « design et aménagement ».

« La firme qui va proposer l’appel d’offres devra, pour se conformer, peut-être prévoir un ou deux moments sur place pour des consultations avec les citoyens, a expliqué M. Gadoury. Avant d’approuver cette grille et le lancement d’appel d’offres, c’est un moment opportun d’impliquer les citoyens dans cette prise de décisions. »

« C’est à l’arrondissement de faire la rétroaction avec les citoyens ; ce n’est pas à la firme. Je comprends l’esprit [de cette proposition], mais je la trouve difficilement matérialisable », a rétorqué François Limoges, en appelant M. Gadoury à lui faire confiance qu’il trouvera un moyen d’inclure les citoyens dans l’aménagement des jeux d’eau du parc Père-Marquette.

L’administration de l’arrondissement a tranché le débat en suggérant aux élus de ne pas changer la grille telle que présentée et de plutôt choisir un moment de présentation et de consultation auprès des citoyens, selon la firme choisie. L’appel d’offres se fera tel que suggéré initialement par les élus de Projet Montréal.

Vos commentaires
loading...