Publicité

Saint-Denis : la rue dépotoir

Environnement
Plusieurs résidents se plaignent que la rue Saint-Denis soit devenue un dépotoir, à cause du voisinage irrespectueux et du manque d'inspection en matière de dépôt de déchets. (photo : Lindsay-Anne Prévost)
Plusieurs résidents se plaignent que la rue Saint-Denis soit devenue un dépotoir, à cause du voisinage irrespectueux et du manque d’inspection en matière de dépôt de déchets. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Les résidents n’en peuvent plus de l’allure de dépotoir que prend la rue Saint-Denis. Peu importe la journée et l’heure, les poubelles et le recyclage s’y accumulent.

Il est mercredi, aux alentours de 11 h. Sur la rue Saint-Denis, quelques sapins de Noël attendent d’être ramassés. Leur collecte ne devrait pas tarder. Il fallait avant tout que les vidangeurs nettoient la rue des ordures ménagères, comme ils le font tous les mercredis matin.

Sacs à recyclage pleins tandis que la collecte des matières recyclables est le lundi, livres et déchets jetés directement sur le sol, sacs à poubelles brisés et mis trop tard sur le coin de rue. Au-delà des quelques sapins qui attendent d’être collectés puis transformés, la rue Saint-Denis est un vrai dépotoir. La collecte des ordures vient pourtant d’être faite, à peine quelques heures plus tôt.

La rue Saint-Denis entre Bélanger et Jean-Talon le 11 janvier 2016. (photo : Gracieuseté — Philippe Gagnon)

La rue Saint-Denis entre les rues Bélanger et Jean-Talon, le 11 janvier 2016. (photo : Gracieuseté — Philippe Gagnon)

Exaspération

« C’est dégueulasse. Les gens font n’importe quoi, n’importe comment. J’ai tendance à dire que c’est leur faute, car c’est eux qui sortent leurs poubelles de n’importe quelle manière, mais il faut dire qu’il n’y a pas vraiment de répréhension qui se fait de la part de la Ville », raconte un résident de la rue Saint-Denis, qui a préféré ne pas être identifié.

Hier, il a dû contourner un gros sapin qui avait été déposé en plein milieu du trottoir. Bien que Montréal a été touché par d’importants vents dans les derniers jours, M. Gagnon assure que le problème se fait valoir depuis plusieurs années, beau temps ou mauvais temps, et ce, à n’importe quel jour de la semaine — qu’il y ait collecte de déchets ou pas.

« De la rue Jean-Talon à la rue Bélanger, c’est effrayant. Les gens mettent les ordures sur la rue à n’importe quel moment. C’est dérangeant, c’est sale », constate également une autre résidente de la rue Saint-Denis, qui a préféré taire son nom. Celle-ci a même aperçu des voisins jeter leurs ordures en les lançant à partir du deuxième étage.

Réglementation non respectée

Selon la réglementation sur les services de collecte, les citoyens doivent déposer leurs déchets entre 19 h la veille de la collecte et 7 h pour les collectes ayant lieu le jour. Pour celles ayant lieu le soir, les ordures doivent être déposées entre 8 h et 16 h le jour même. Le tout doit également être mis dans un contenant respectant la réglementation.

Une personne physique contrevenant à celle-ci peut se voir octroyer une amende allant jusqu’à 2 000 $ s’il s’agit d’une récidive. Une personne morale écopera, quant à elle, d’une amende pouvant atteindre 4000 $.

« Quand tu mets un règlement, il faut que tu mettes des employés qui s’assurent que celui-ci soit respecté. Clairement ils ne le font pas, car ici c’est ridicule », s’indigne le résident.

Sensibilisation assurée

Selon Serge Fortin, chargé de communication pour l’arrondissement de Rosemont-la-Petite-Patrie, les inspecteurs fonctionneraient « surtout sur appel ou selon un relevé des situations chroniques, et interviennent de façon ciblée. »

« Nos inspecteurs ne pourraient surveiller systématiquement tout le territoire, et cela serait superfétatoire puisque 99 % des gens suivent les règles quant aux horaires de dépôt des matières résiduelles sur le domaine public », explique-t-il.

Celui-ci assure que plusieurs campagnes de sensibilisation sont menées par l’arrondissement.

Vos commentaires
loading...