Publicité

Élections partielles : quel impact aura l’absence d’un candidat péquiste ?

Élus
Les élections partielles dans Gouin se tiendront d'ici le mois d'août. (photo : capture d’écran de lacarte.electionsquebec.qc.ca)
Les élections partielles dans Gouin se tiendront d’ici le mois d’août. (photo : capture d’écran de lacarte.electionsquebec.qc.ca)

Le Parti québécois (PQ) ne présentera pas de candidat dans Gouin aux prochaines élections partielles. Cette décision prive la circonscription d’un débat politique qui devrait avoir lieu, estime Québec solidaire (QS).

Le chef du PQ et député de Rosemont, Jean-François Lisée, a fait l’annonce le 13 février dernier de ne pas présenter de candidat péquiste dans la circonscription de Gouin en vue des élections partielles qui se tiendront d’ici le mois d’août.

Celui-ci a expliqué qu’une telle décision relève de la volonté de « poser un geste concret pour la convergence des forces indépendantistes et progressistes » afin d’arriver à prendre le siège des libéraux aux élections de 2018.

« Pour y arriver, il faut additionner nos forces, apprendre à travailler ensemble, dans le respect de nos différences. Présenter un candidat dans Gouin, ce serait mobiliser les militants péquistes et QS de l’île de Montréal les uns contre les autres au moment même où nous réfléchissons, chacun de notre côté, au principe de la convergence. Ce serait contreproductif », affirme M. Lisée par l’entremise de son blogue.

Selon un article publié par Radio-Canada, celui-ci avait pourtant commandé un sondage auprès des citoyens Gouin, qui mettait en valeur les noms de Paul St-Pierre Plamondon (candidat à la course à la direction du PQ) et Nicolas Girard (député de Gouin de 2004 à 2012) comme candidats possibles dans la circonscription. Les résultats du sondage n’ont pas été dévoilés.

Effet sur la circonscription

Les citoyens de Gouin votent pour le Parti québécois ou, plus récemment, pour Québec solidaire depuis 40 ans. Dans tous les cas, les députés ont obtenu leur siège avec 2 000 voix d’avance, selon l’article publié par Radio-Canada.

« Il n’y avait pas de risque de faire élire un libéral de plus », croit ainsi la porte-parole de Québec solidaire et députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.

Selon celle-ci, une telle décision aura pour effet de priver les gens de Gouin d’un débat politique, nécessaire à la démocratie.

« Une partielle est le meilleur moment pour faire un débat politique parce que ça ne changera pas les cartes. Peu importe qui se fait élire, l’Assemblée nationale va continuer de se faire diriger par les libéraux jusqu’en 2018 », plaide Manon Massé.

À l’aube d’une réflexion sur la convergence des forces progressistes, la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques croit qu’un tel débat aurait également donné l’occasion au PQ et à QS de se faire entendre sur leurs positions considérant qu’ils ne sont pas toujours du même avis, notamment sur les questions relatives à l’économie et à l’inclusion.

« Oui, nous avons nos divergences avec Québec Solidaire. Tout comme Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Mario Dumont avaient les leurs au moment de faire cause commune pour le Oui en 1995. Mais sur l’essentiel, lorsqu’il vient le temps de faire cause commune, il faut savoir mettre de côté ce qui nous divise et travailler ensemble », écrit pour sa part M. Lisée en ajoutant qu’il serait « inopportun de nous diviser lors d’une partielle qui se tiendra un an avant les prochaines élections générales. »

Campagne dans Gouin

La porte-parole de QS assure qu’elle ne « fera pas élection partielle à rabais parce qu’il n’y a pas de candidat péquiste dans Gouin. »

« On va, comme toujours, présenter une excellente candidature et expliquer lors de porte-à-porte et de rencontres avec les citoyens quel est l’avantage de continuer à voter pour Québec solidaire », assure-t-elle.

La députée réitère qu’elle ne « tiendra pas pour acquis » la circonscription de Gouin, bien qu’elle croit au travail exercé par son ancienne collègue, Françoise David.

Cette dernière avait été élue en 2012 avec 46,03 % des voix (4 556 votes de plus que le député péquiste Nicolas Girard). Mme David a été réélue en 2014 avec 50,98 % des votes.

Vos commentaires
loading...