Publicité

Quel avenir pour le Viaduc Van Horne?

Transport
Viaduc Van Horne
Depuis une dizaine d’années, l’avenir du viaduc a fait l’objet de discussions tant du côté de Rosemont que sur le Plateau. (photo : Simon Van Vliet)

La Ville de Montréal a pris tout le monde de court en annonçant la démolition et la reconstruction à venir du Viaduc Van Horne.

« C’est assez surprenant, parce qu’on est quand même en démarches avec la Ville », s’étonne Caroline Magar-Bisson, coordonnatrice au développement du Champ des possibles. Les Amis du champ sont l’un des trois organismes qui portent le projet Viaduc 375, destiné à mettre en valeur le patrimoine ferroviaire montréalais.

Un revirement inattendu

Ni les organismes porteurs du projet, qui sera réalisé dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, ni les arrondissements de Rosemont-La-Petite-Patrie et du Plateau-Mont-Royal n’ont été informés des plans de la Ville de Montréal concernant le lancement d’un concours pour le remplacement du viaduc construit en 1971.

« On savait qu’il y avait des études techniques qui se faisaient », note Caroline Magar-Bisson. « Il y avait des travaux qui étaient prévus en 2017 », confirme Mikaël St -Pierre, directeur adjoint à la Société de développement environnemental de Rosemont (SODER). Selon lui, les travaux prévus étaient des travaux de rénovation et rien ne laissait présager que la Ville envisageait une démolition.

Depuis une dizaine d’années, l’avenir du viaduc a fait l’objet de discussions tant du côté de Rosemont, notamment dans le cadre d’un projet particulier d’urbanisme pour le secteur Bellechasse, que sur le Plateau, notamment dans le cadre des consultations citoyennes sur les abords de la voie ferrée.

Beaucoup de questions, peu de réponses

L’annonce surprise, faite par voie de communiqué dimanche après-midi, a donc suscité de vives réactions chez les élus locaux. Dans une réaction à chaud, publiée sur sa page Facebook, le conseiller du Mile-End, Richard Ryan soulevait plusieurs questions jusqu’ici restées sans réponses. (Le cabinet du maire de Montréal n’avait pas répondu à nos questions au moment de publier ce texte.)

Héritage Montréal a ajouté son grain de sel ce matin avec une série de questions et d’observations, notamment concernant les coûts du projet de reconstruction du viaduc, estimés à 100 millions de dollars.

En entrevue avec Le Devoir, le maire de l’arrondissement de Rosemont-La-Petite-patrie, François W. Croteau soulignait que les derniers rapports sur l’état du viaduc indiquaient que sa vie utile pouvait encore être prolongée d’un demi-siècle et s’inquiétait des impacts d’un chantier de démolition et de reconstruction sur la circulation automobile déjà difficile dans le secteur.

Une opportunité à saisir?

« Les gens vont avoir des questions », anticipe Caroline Magar-Bisson qui espère obtenir le maximum d’information d’ici la soirée de concertation citoyenne du 1er mars dont l’objectif est « de définir ensemble les priorités et les enjeux d’aménagement » pour l’occupation temporaire du viaduc.

Bien que le projet Viaduc 375 ait toujours été pensé comme un projet d’urbanisme tactique voué à optimiser l’infrastructure existante, les promoteurs du projet espèrent que les propositions de réaménagement seront considérées dans l’élaboration d’un appel de projet pour la reconstruction d’un nouveau viaduc.

« Il faut le voir comme une opportunité », insiste Mikaël St -Pierre qui souligne que l’important est de s’assurer de la « pérennité des idées » qui émergeront cette année pour rendre plus convivial l’aménagement du viaduc Van Horne.

Vos commentaires
loading...