Publicité

La relève artistique séjourne dans le quartier

Culture
Espace La Risée
L’Espace La Risée est un théâtre de quartier, qui accueille la relève artistique. (photo : Image libre de droits — Pixabay.com)

Situé à l’angle des rues de Normanville et Bélanger et doté d’une allure de cabaret, l’Espace La Risée est un petit théâtre de quartier bien chaleureux. Pourtant, il est méconnu du public et des citoyens du quartier.

Ce théâtre, qui poursuit la mission d’offrir un espace « géré par des artistes pour des artistes », est un pont vers les grandes auditions pour les nouveaux comédiens.

Fraîchement sortis de l’École nationale de théâtre du Canada, du Conservatoire d’art dramatique de Montréal et de l’École supérieure de Théâtre de l’Université du Québec à Montréal, du Collège Lionel-Groulx et du Cégep de Saint-Hyacinthe, pour ne nommer que ceux-là, ces nouveaux comédiens profitent de la scène offerte par La Risée pour s’exercer, se faire connaître du public et récolter des crédits pour être membre de l’Union des Artistes (UDA).

Ils y présentent des spectacles d’une heure minimum, majoritairement théâtraux, mais l’humour, le conte, la danse, la musique acoustique, la comédie musicale viennent parfois se joindre au lieu de diffusion.

Pour un large public

Chaque année, l’Espace la Risée codiffuse une douzaine de spectacles. C’est sans compter la cinquantaine de soirées présentées en location par des troupes amateures, des regroupements, des associations, des professeurs et des conférenciers. Le coût du billet d’entrée varie entre 15 et 20 dollars.

Les projets sont conceptualisés par les finissants des écoles de théâtre et sélectionnés par appel d’offres, selon le nombre de présentations proposées, du public cible et du caractère du spectacle.

« On cherche quelque chose de large et le plus multidisciplinaire possible. […] Il faut que ça attire les gens facilement et rapidement parce qu’il n’y a pas de tête d’affiche ; c’est de la création, ce n’est pas des titres connus », justifie la directrice générale et coordonnatrice de l’Espace La Risée, Marie-Eve Charbonneau.

Pour l’année 2017, une trentaine de candidatures ont été reçues. Le théâtre en a sélectionné moins que le tiers.

Théâtre méconnu

Bien que l’Espace La Risée accueille plus de 6 000 spectateurs par année, la directrice artistique et metteure en scène, Maya Gobeil, avoue que le théâtre est encore méconnu auprès des résidents de Rosemont-La Petite-Patrie.

« On veut que les gens du quartier viennent, qu’ils osent, qu’ils découvrent de nouvelles choses. Si tu aimes prendre des risques, sortir pas loin et encourager l’économie locale, on est là pour ça. On veut que Rosemont-La Petite-Patrie soit vivant » lance-t-elle.

Questionnées à savoir pourquoi le théâtre La Risée demeure inconnu auprès du public, les deux femmes avouent avoir eu de la difficulté à voler de leurs propres ailes par l’absence de subventions et de couvertures médiatiques.

« On se bat depuis le début, un peu à contre-courant, contre des théâtres qui sont subventionnés, qui ont des têtes d’affiche et qui sont un peu plus reconnus. Mais, on se le dit depuis le début, on est différent, on est un peu plus lent, mais on va dans ce rythme-là de façon plus confortable », explique Mme Gobeil.

Puisque l’Espace La Risée loue également sa salle aux troupes amateurs, elle affiche sa programmation sur son site web. Il est important d’y jeter un coup d’œil pour qui veut s’assurer d’assister à un spectacle officiel de la relève professionnelle.

Vos commentaires
loading...