Publicité

Un bureau de député, ça se résume à quoi ?

Élus
bureau de député
Les dossiers qui peuvent être traités auprès d’un élu varient en fonction du palier du gouvernement qu’ils desservent. (photo : Lindsay-Anne Prévost)

Éducation, immigration, justice, travaux publics ; les députés couvrent de bien larges mandats, mais quand pouvons-nous leur faire appel ? À l’approche des élections partielles dans Gouin, le journal La Petite-Patrie s’est penché sur leur travail en circonscription.

Ils divisent leur temps entre leur travail local et national, ils assistent à de nombreux événements pour témoigner de leur soutien envers la communauté, ils développent des liens avec les organismes communautaires, ils servent de poids dans certains dossiers. Surtout, ils répondent à des centaines de demandes d’aide relatives aux citoyens de la circonscription qu’ils servent.

Selon un document obtenu par le journal La Petite-Patrie, 142 citoyens ont adressé une demande d’aide en 2015 à l’ancienne députée du comté de Gouin, Françoise David. 87 % d’entre elles concernaient des résidents de la circonscription. Entre septembre 2012 — date à laquelle cette dernière a été élue dans Gouin — et juin 2014, c’est le cap de 459 demandes citoyennes qui a été franchi, soit 22 demandes par mois.

« Quand les gens viennent nous voir, c’est parce qu’ils ont essayé bien des choses et que ça va mal », avait souligné l’ancienne députée lorsque le journal La Petite-Patrie l’avait rencontré en octobre 2016 pour le lancement du présent média.

Servir d’intermédiaire

Selon l’expérience de Mme David, un bon nombre de citoyens sollicite l’aide de leur député parce qu’ils sont pris dans les dédales bureaucratiques du gouvernement : longs formulaires, dossiers bloqués, dossiers manquants, caractères illisibles, mauvaise compréhension du questionnaire demandé, renvois à différents ministères. Le député agit alors comme intermédiaire entre le citoyen et le fonctionnaire.

« On a réussi à établir de très bons contacts avec plusieurs organismes publics : Régie du logement, Hydro-Québec, Ministère du Revenu, Centres locaux d’emploi, le Protecteur du Citoyen, témoignait Françoise David. Les employés du bureau de circonscription ont une personne-ressource et ont suivi des formations sur les sujets pour lesquels les citoyens viennent nous voir, ce qui fait qu’ils sont extrêmement efficaces. »

Le député peut également servir de pont entre le citoyen et un organisme communautaire. Pour l’année 2015, 31 requêtes ont été transférées à de tels organismes pour fournir l’aide nécessaire.

Limites du pouvoir

Bien que l’ancienne députée et son équipe ont réussi à traiter 110 des 142 demandes reçues en 2015, il demeure que leur travail possède ses limites. Un appel à son bureau de député ne veut pas dire que celui-ci peut devancer le dossier.

« On fait le contact avec les responsables pour s’assurer que le citoyen est bien sur la liste et pour évaluer le temps d’attente », précisait Mme David, dont la relève du travail est assurée par son équipe depuis son départ.

Le document présentant le portrait des demandes citoyennes dans la circonscription de Gouin en 2015 stipule que 15 % d’entre elles présentaient un niveau d’urgence critique. Le reste a été classé comme un niveau d’urgence moyen (39 %) ou comme non-urgent (45 %).

Selon l’équipe de la circonscription de Gouin, certains citoyens ont de la difficulté à faire la distinction entre les problèmes d’ordre privé et ceux avec l’institution québécois. D’autres ont de la difficulté à s’orienter au niveau du partage des compétences dans les différents paliers du gouvernement et doivent donc être référés au niveau fédéral, au municipal ou scolaire. Par exemple, qui veut résoudre un problème ayant trait à la santé devra faire appel à son député provincial tandis que celui qui demande de l’aide au niveau de l’assurance-emploi devra plutôt solliciter son député fédéral. Il demeure toutefois que « c’est assez rare que ça arrive ».

Dans tous les cas, leur mandat est aussi large que nécessaire et l’importance de voter pour un candidat de choix y trouve toute son importance.

La circonscription de Gouin en chiffres (2015)

  • 40 % des demandes provenaient de citoyens âgés entre 30 et 44 ans ;
  • Les demandes concernaient autant les hommes que les femmes ;
  • La santé représentait le cas le plus commun (17 %) des dossiers traités. L’immigration (15 %) et le logement (14 %) suivent de près. Le portrait de 2014 était constitué du même palmarès ;
  • 40 % des dossiers sur le logement étaient relatifs à l’éviction de locataires, ce qui représentait plus de 5 % du total des dossiers citoyens ;
  • 31 % des personnes avaient été référées vers le bureau de la députée tandis que 53 % se sont présentées d’elles-mêmes.

Source : Portrait des demandes citoyennes — Circonscription de Gouin — 2015 — Assemblée nationale du Québec

Vos commentaires
loading...